Dieu m'a ramenée à ses côtés

Je crois que Dieu m’a ramenée à ses côtés

Chaque mois, l'équipe d'animation spirituelle du territoire vous propose un texte ou un témoignage pour faire grandir votre spiritualité. En cette fin du mois de novembre c'est Anne qui nous parle de son parcours scout et du lien étroit que celui-ci a avec sa relation à Dieu.

J’ai longtemps cru que j’avais eu de la chance d’être devenue scoute à 15 ans, grâce à des amis. À cet âge-là, j’ai adoré la liberté de vivre dans la nature, de construire des projets, de faire partie d’une grande famille.

À 15 ans, j’étais encore fâchée avec Dieu, et hostile à la religion que je trouvais désuète et animée par des personnes hypocrites ou illuminées. Les temps spi aux scouts étaient gentils et inoffensifs, je m’y prêtais, comme aux messes, d’une oreille distraite dans un premier temps. J’avais le sentiment que mes valeurs étaient plus grandes que ce qu’on cherchait à m’inculquer.

À 15 ans, j’étais encore fâchée avec Dieu

Et de fil en aiguille, j’ai commencé à vraiment me poser pendant les temps spi, à respirer profondément, à chercher ce qui pouvait me toucher, ce que je pouvais atteindre dans les textes, dans les émotions. J’ai commencé à trouver certains chants liturgiques très beaux, et à m’autoriser à chanter de bon cœur pendant la messe, moi, à qui on a toujours dit que je chantais faux. J’ai commencé à faire des liens entre les services, le vivre ensemble, le dépassement de soi et les paraboles de Jésus, même celles que je n’avais jamais comprises, comme celle du fils prodigue que j’avais toujours trouvé injuste en tant que sœur aînée.

Les textes de la Bible semblaient plus complexes qu’au premier abord et plus exigeants aussi envers moi, envers les humains, que l’on peut essayer de se cacher, se trouver des excuses pour remettre au lendemain l’acte de rendre ce monde meilleur, ou qu’on peut trouver des moyens et faire de chaque instant un pas vers ce monde.

Toutes ces expériences que le scoutisme m’a offert, un coucher de soleil sur la montagne ; une promesse pionnier sous une tempête ; des moments d’épuisement ; de remise en question vis-à-vis de mes co-compagnons, de mes co-chefs, des jeunes qui m’ont appris l’espoir, l’ambition, le rêve ; le respect de la nature, de ne pas gaspiller de bois dans un feu et de contempler les flammes ou les nuits étoilées ; les moments de prière seule, à 10, à 20, à 40 000 scouts ; toutes ces expériences m’ont fait ressentir au plus profond de mon cœur l’amour de Dieu, le sens de la vie de Jésus.

Ces expériences m’ont fait ressentir au plus profond de mon cœur l’amour de Dieu, le sens de la vie de Jésus

Aujourd’hui, je suis encore scoute car je découvre encore de nouvelles choses sur le monde, les autres, la vie, que je grandis encore grâce aux scouts. Aujourd’hui, je suis pleinement engagée dans mon métier et je me bats pour une plus grande justice et pour la dignité des plus faibles. Aujourd’hui, j’ai reçu le sacrement du mariage et grâce à ma foi retrouvée chez les scouts, j’ai pu ressentir l’Esprit Saint au moment de prêter serment. Aujourd’hui, je sens que Dieu m’accompagne et me soutient pour que je sois une chrétienne en action, il m’envoie parfois une messe, un temps spi, mais il m’envoie surtout des expériences et on en discute tous les deux.

Je lui fais confiance dans les épreuves et je lui dis merci quand je m‘émerveille de la vie. J’ai longtemps cru que j’avais eu de la chance d’être devenue scoute à 15 ans grâce à des amis, depuis un moment déjà, je crois que Dieu avec toute sa bienveillance et sa finesse m’a ramenée à ses côtés par le plus beau des chemins pour moi et qu’en me donnant tout son amour, il m’aide à offrir ce chemin à d’autres.